Les bienfaits du sirop d’érable?
Une étude de l’Université Laval publiée l’automne dernier démontre que le sirop d’érable contiendrait environ cinq fois plus de polyphénols que le miel, le sirop de maïs et le sirop de riz brun.

Les polyphénols sont des antioxydants qui aident à réduire le risque de diabète de type 2, d’obésité et de maladies cardiovasculaires.

Bien que l’étude ait été menée sur les animaux, ses résultats coïncident avec ceux d’autres travaux montrant que le sirop d’érable contiendrait une cinquantaine de composés bénéfiques pour la santé.   L’étude du potentiel nutraceutique du sirop d’érable et la découverte, dans la sève et le sirop, de molécules ayant des propriétés bénéfiques pour la santé s’avèrent des domaines de recherche assez nouveaux. Des données récentes indiquent la présence, dans la sève d’érable, de composés phénoliques et de flavonoïdes. Certains de ces composés sont reconnus pour leur puissant effet antioxydant. Les composés phénoliques sont aussi reconnus pour leurs propriétés organoleptiques. Composés phénoliques. L’analyse et la caractérisation des composés phénoliques et des flavonoïdes de la sève et du sirop d’érable ont été effectuées par une équipe de chercheurs de l’Université McGill1. Ces derniers ont décelé, dans les extraits analysés, des composés comme la catéchine, l’acide p-coumarique ainsi que des dérivés de flavanol. Les résultats obtenus indiquent une légère augmentation des composés phénoliques durant la saison d’écoulement. Certains des composés identifiés ont des propriétés antioxydantes. C’est ce que vient de confirmer une récente étude publiée en 20062. Dans cette étude, le pouvoir antimutagène des produits de l’érable a également été évalué. Les résultats démontrent clairement que, dans un contexte in vitro, les composés phénoliques extraits de la sève et du sirop d’érable ont une activité antioxydante ainsi qu’un potentiel antimutagène. Ces effets varient au cours de la saison d’écoulement. L’activité antioxydante des composés phénoliques extraits du sirop d’érable serait maximale à la mi-saison et ne serait pas liée à la quantité totale de composés retrouvés dans l’extrait. En ce qui concerne le potentiel antimutagène, les résultats démontrent que cet effet dépend de la molécule étudiée. Il semble que l’activité antimutagène de certains composés du sirop d’érable soit supérieure à celle des mêmes composés retrouvés dans la sève. Cela serait possiblement attribuable à la formation de nouveaux composés antimutagènes au moment de la transformation de la sève en sirop. Tout comme pour l’activité antioxydante, le potentiel antimutagène serait variable en fonction de la période de récolte. Qualité nutritionnelle. Le sirop d’érable est composé à 68 % de glucides, dont 80 % sont du sucrose. Les autres sucres retrouvés dans ce produit sont le glucose et le fructose. Le sucrose est un disaccharide que l’on retrouve aussi comme principal glucide dans le sucre de table. Le glucose et le fructose sont deux sucres simples ne nécessitant aucune digestion et facilement assimilables par le système digestif. Le fructose a un pouvoir sucrant supérieur aux autres sucres. Il existe une variété d’agents sucrants sur le marché : sucre granulé, sucre brun, miel, sirop de table et sirop d’érable. Outre leur goût spécifique, leur qualité nutritionnelle est, elle aussi, différente. En ce qui concerne l’apport en énergie, une portion de 15 ml de sirop d’érable contient moins de calories qu’une même portion de miel ou de sirop de table. Le sirop d’érable est d’ailleurs l’un des agents sucrants les moins caloriques. D’un point de vue nutritionnel, le sucre granulé ne contient que du sucrose et n’apporte aucun élément nutritif. Le sirop d’érable, quant à lui, fournit plusieurs minéraux essentiels (manganèse, calcium, potassium, fer, zinc, magnésium) comparativement au miel qui ne contient qu’une faible quantité de potassium. * source http://www.passeportsante.net